Accueil ::> Actualités ::> 75e anniversaire du débarquement en Normandie

75e anniversaire du débarquement en Normandie

samedi 8 juin 2019, par Léa Vuillard.

Léa Vuillard est élève de 2de 5
Photographies : François Joffrion

"Aujourd’hui, le 5 juin, plusieurs cérémonies ont lieu un peu partout en Normandie. Au moment même où j’écris ces lignes, je me trouve à Carentan, où des parachutistes sautent des avions comme des Spitfires ou des C130. Un des vétérans de la Seconde guerre mondiale, âgé de 97 ans, a accepté de sauter encore une fois et a atterri non loin d’ici. Une émotion forte prend l’ensemble de la foule, qui a répondu présente, même après tant d’années.

.

Le 6 juin est enfin arrivé. Aujourd’hui, nous commémorons le 75e anniversaire du débarquement allié en Normandie. De Sainte-Marie-du-Mont jusqu’à Ouistreham, - à l’époque d’Utah jusqu’à Sword – des milliers de personnes se rassemblent. Elles se rassemblent pour se souvenir. Se souvenir que 75 ans plus tôt, des centaines de milliers de soldats ont payé de leur vie pour nous rendre libres. Il est important de se rappeler que notre liberté a valu le sang d’innocents, parfois à peine plus vieux que nous.

.

Pour ce 75e anniversaire, il m’a été donné la chance d’aller à Colleville-sur-Mer, sur le secteur d’Ohama Beach. Etaient présents les chefs d’États américain et français, des vétérans, des journalistes ainsi que de nombreux invités. Les présidents ont tous les deux fait un discours poignant – tout particulièrement celui de notre président français – et le passage de plusieurs avions tels que la patrouille de France ont marqué les temps forts de cette cérémonie.

.

A la fin de cette cérémonie, une émotion forte avait pris les nombreuses personnes présentes. Nous pouvions apercevoir des sourires, des pleurs, mais chacun était fier de ceux qui nous avaient rendu libres 75 ans plus tôt. Une larme coula sur ma joue tandis que mon regard se posait sur la mer, et sur les tombes de nombreux soldats. C’est la poitrine lourde remplie de tristesse et de fierté que nous avons fini cette commémoration."

.

.

Léa a également rencontré le journaliste Frederic Leterreux, spécialiste de la seconde guerre mondiale. Voici son interview :