Accueil ::> Actualités ::> Projet Epistulae avec les hellénistes et latinistes

Projet Epistulae avec les hellénistes et latinistes

lundi 20 janvier 2020, par Anne-Françoise Héron.

Les hellénistes et latinistes du lycée Alain Chartier participent cette année au projet EPISTULAE / ΕΠΙΣΤΟΛΑΙ proposé par l’association de professeurs de langues anciennes (latin et grec) Arrête ton char : https://www.arretetonchar.fr/
Le nombre d’inscrits issus de seize pays différents (France, Allemagne, Angleterre, Belgique, Espagne, États-Unis, Grèce, Indonésie, Irlande, Japon, Mexique, Pologne, République Tchèque, Roumanie, Sénégal et Suisse) croît d’année et en année et dépasse en 2019-2020 les 11800.
Nos élèves échangeront deux cartes en latin ou en grec avec les latinistes ou hellénistes de lycées de la métropole : le lycée Diderot de Carvin, le lycée Saint Cricq de Pau ou le lycée Immac de Villeurbanne. Dans une première carte qu’ils viennent d’envoyer, ils se sont présentés et ont souhaité la bonne année à leurs correspondants. Dans une seconde carte, qui partira au printemps, ils évoqueront la présence de l’Antiquité dans leur environnement.
Cet exercice de thème qui nous fait traduire les réalités d’aujourd’hui en latin ou en grec vivifie des langues réputées mortes, en assouplit la pratique, fait tomber quelques inhibitions, permet ainsi à certains élèves de se révéler : il ne s’agit plus de n’imiter que César et Cicéron, Isocrate et les auteurs grecs qui n’ont pas quitté l’Attique ; nous ne boudons d’ailleurs pas les touches d’humour du latin de cuisine et du grec macaronique. Les élèves ont eu l’occasion de réfléchir au genre littéraire de la lettre, à l’onomastique en traduisant leur prénom et celui de leur correspondant (d’origines variées, latine, grecque, germanique, hébraïque, celte, arabe...), à la toponymie normande, témoin des brassages ethniques des siècles passés : le gallo-romain Augustodurum « la Forteresse impériale » devient la cité des Bajocasses, Baiocas au Ve siècle. Nous sommes prêts désormais à traduire quelques passages de l’œuvre latine d’Alanus Auriga, Ἀλανος Ἁρματηγός (Alanos Harmatêgos), Alain Chartier, ce poète qui a écrit aussi sur sa contemporaine Jeanne d’Arc, tant célébrée ces derniers temps sur grand écran. Le latin et le grec nous permettent de nous enraciner dans notre passé afin de mieux nous ouvrir au monde de demain. Tout peut se dire dans ces langues internationales que furent le grec et le latin quand l’anglais ne jouait pas encore ce rôle, par exemple Totius Terrae Tela, « la toile étendue à la terre entière », équivalent du world wide web. Les cartes représentant la tapisserie Game of thrones récemment exposée à l’Hôtel du Doyen (Thronorum Certaminis Acupictura, Τὰ τοῦ Θρόνων ἀγῶνος ποικίλα), cartes offertes gracieusement par la ville de Bayeux, nous ont permis d’établir un rapprochement entre les séries les plus récentes et les épopées antiques, mais aussi avec la Tapisserie de la Reine Mathilde dont le texte, rappelons-le, est latin. Nous attendons avec impatience les cartes de nos correspondants de Carvin, Pau et Villeurbanne et aurons probablement le même plaisir à les traduire que nous avons eu à leur écrire.
Vivent les langues anciennes et bonne année.
Optimum, felicem, faustumque novum annum !
Valete ! Χαίρετε

cartes envoyées par les élèves à leurs correspondants
Anne-Françoise Héron, professeur de lettres classiques

Voir en ligne : site « Arrête ton char »